2
sept.
22H47

Cap sur Douarnenez

Après avoir enchaîné trois manches hier, la direction de course du Grand Prix Valdys – Multi50 espérait réussir à lancer un quatrième petit parcours côtier en baie de Morlaix, ce dimanche matin, mais comme on pouvait s’y attendre, le vent n’a daigné se lever qu’en début d’après-midi, contraignant ainsi ses plans. Ce repos forcé n’a toutefois pas déplu aux équipages qui ont ainsi pu se concentrer pleinement sur la grande course dont le coup d’envoi a été donné aux environs de 14h50 dans un flux de nord-est soufflant entre 5 et 7 nœuds. Des conditions qui ont manifestement fait les affaires de Réauté Chocolat, auteur du meilleur départ, et de FenêtréA – Mix Buffet premier à la balise Astan dans l’Est de l’île de Batz. Reste qu’avec 150 milles devant les étraves, les dés étaient évidemment loin d’être jetés surtout qu’entre Roscoff et Douarnenez, le menu s’annonce copieux, avec à la fois des petits airs, de forts courants, des effets de site et une foule de pièges à déjouer.

La journée d’hier avait été bien remplie, avec trois régates disputées dans les petits airs. Les six équipages du Grand Valdys – Mutli50, qui avaient rendez-vous ce matin à partir de 11 heures pour un nouveau petit parcours côtier, n’ont donc pas été trop fâchés de voir François Séruzier et son équipe annuler le petit côtier prévu avant le coup d’envoi de de la grande course. De fait, ils ont ainsi pu recharger les batteries au maximum et étudier au mieux le parcours finalement proposé par la direction de course : un morceau de 150 milles entre Roscoff et Douarnenez, via l’extérieur d’Ouessant et la Chaussée de Sein. Un parcours, certes deux fois plus court que celui initialement prévu qui devait emmener les bateaux jusqu’au large de Saint-Jean-de-Monts, mais très technique malgré tout. « Les conditions météo n’étaient pas favorables pour nous envoyer dans le fond du golfe de Gascogne mais ce qui nous attend est un très beau parcours en mer d’Iroise cependant. On va bien s’éclater », annonçait Erwan Le Roux peu avant de quitter le ponton du port du Bloscon.

Du jeu du début à la fin

Surmotivé et parfaitement déterminé à tirer au mieux son épingle du jeu sur ce nouveau tracé, le skipper de FenêtréA – Mix Buffet a rapidement pris les commandes de la flotte puisque c’est lui qui est passé en tête à la première marque, dans l’Est de l’île de Batz, mais tout restait évidemment à faire à ce stade de la course. Une course qui risque bien de réserver quelques surprises. « En premier lieu, il va falloir chasser les algues mais aussi réussir à être hyper opportuniste sur les risées et lucide sur les renverses de courant », a détaillé Erwan. Avis partagé par Thibaut Vauchel-Camus, l’actuel leader au classement provisoire : « Il va y avoir du jeu du début à la fin. On va forcément se retrouver à faire du rase-cailloux et régater au contact. Ça va être chaud », a annoncé le skipper de Solidaires en Peloton – ARSEP. Même son de cloche également du côté d’Armel Tripon qui sait que les placements vont être cruciaux et qu’il faudra très certainement faire des choix importants dans certaines phases de transition. 

 « Le terrain de jeu sur lequel nous allons batailler est truffé de pièges susceptibles des créer des différentiels importants », a déclaré le skipper de Réauté Chocolat qui redoute notamment la remontée entre l’Occidentale de Sein et la pointe du Raz. « Quoi qu’il en soit, on est content de pouvoir rallonger un peu les bords après avoir régaté sur des petits côtiers », a indiqué le Nantais, rejoint, sur ce point, par Thierry Bouchard. « Le fait d’avoir 150 milles pour s’exprimer est plutôt un avantage pour nous car à quelques mois de la Route du Rhum, notre bateau n’est pas configuré pour faire des courses en baie, mais une fois qu’il est lancé, il va vite », a commenté le skipper de Ciela Village.

Réussir à être à 100% en permanence

Idem pour Gilles Lamiré. « Le concept du Grand Prix Valdys Multi50 est génial parce qu’il mixe à la fois des côtiers, des parcours construits de type « banane », des runs de vitesse et une grande course. Une grande course qui nous permet, en l’occurrence, de profiter d’une grande liberté sur le plan tactique », a avancé le skipper de La French Tech Rennes Saint-Malo qui a montré de belles choses dans les petits airs, hier, et qui compte bien confirmer. « Il faudra être dans le match et bien placé d’entrée de jeu car ça risque de partir par devant », a relaté le Cancalais. De fait, trouver le bon rythme sur ce sprint de 24 heures sera l’une des clés de la victoire. « Il va falloir trouver le bon dosage entre bien se reposer et bien tourner pour que l’équipage reste lucide jusqu’au, bout de façon à ce que le bateau soit à 100% tout le temps », a ajouté Erwan Le Roux, bien conscient que cette course doté d’un coefficient 3 risque de peser lourd au classement général. « C’est difficile d’affirmer que c’est cette manche qui va faire la différence mais ce qui est sûr, c’est qu’il faudra éviter de se prendre un caramel », a terminé le navigateur qui sera fixé sur son sort demain à la mi-journée, si l’on en croit les derniers routages.

Classement à 16h20

1. FenêtréA – Mix Buffet (Erwan Le Roux) 132,1 milles restants

2. Réauté Chocolat (Armel Tripon) + 0,1 mille

3. Arkema (Lalou Roucayrol) + 0,4 mille

4. Solidaires en Peloton – ARSEP (Thibaut Vauchel-Camus) + 1,3 mille 

5. Ciela Village (Thierry Bouchard) + 1,4 mille

6. La French Tech - Rennes Saint-Malo (Gilles Lamiré) + 1,7 mille

 

Le Groupe Valdys

L’histoire de cette PME régionale a commencé en 1899 par la première offre de soins par la mer à Roscoff, berceau de la thalassothérapie en France. Fortes de cette expertise unanimement reconnue, leurs équipes ont développé ce savoir-faire avec les centres de Thalasso de Douarnenez, Saint-Jean-de-Monts puis Baie de la Baule. 

En parallèle, ils ont souhaité offrir à leurs clients une offre commerciale transversale et complémentaire en travaillant sur l’hôtellerie, la restauration, le spa et la remise en forme. C’est la création de Valdys : un groupe familial de 333 salariés tourné vers le bien-être durable de ses clients.